Archives pour la catégorie Histoires naturelles

Garde-manger (8) – Qui est qui ?

Voici des cellules ouvertes sur le groupe de nids qui était détaché. On peut y voir un nid vide, un nid avec une chrysalide de guêpe fouisseuse qui va atteindre sa forme adulte et un troisième avec un ensemble de plusieurs chrysalides qui ont parasité l’hôte d’origine, la guêpe. Je suppose qu’il s’agit d’ichneumons qui ont réussi à investir les lieux (cf l’article précédent garde-manger (4) – le piratage ), mais je n’en ai pas la confirmation car je n’ai pas trouvé d’illustrations sur ce sujet. Sinon il s’agit d’un autre parasite qui opèrerait également aux dépends de ces guêpes fouisseuses. Leur taille est en tout cas beaucoup plus modeste et un seul nid permet de produire plusieurs spécimens.

Sceliphron chrysa (4)Sceliphron chrysa (3)

 

 

 

 

Publicités

Garde-manger (7) – Atelier poterie

Après avoir vu les nids de terre façonnés par notre guêpe fouisseuse, voici comment elle collecte les boulettes de boue qui servent à ces constructions. Trouver d’abord une zone humide, puis une fois posée planter les mandibules dans la boue, tout en reculant pour former une boule de terre ; la tenir fermement et décollage en direction du chantier.

 

 

 

 

Garde-manger (6) – Les yeux plus gros que le ventre ?

Voici le contenu du nid, larve comprise .. c’est impressionnant d’imaginer qu’elle doit ingurgiter toutes ces araignées avant de devenir adulte !

Sceliphron 12

 

 

 

Garde-manger (5) – Dans le nid ..

Epilogue (ou pas..)  de la série d’articles consacrés aux guêpes fouisseuses .. j’ai profité d’un groupe de nids qui était détaché du mur pour entreprendre l’ouverture d’une des urnes. J’ai repéré une trace de piqure en surface pour creuser délicatement l’enveloppe. La femelle ichneumon ne s’est pas trompée, à l’aplomb du trou se trouve bien la larve de la guêpe !! Et ce n’est pas le coup du hasard, car il y a pas mal de place dans le nid, encore occupé à 80% par les araignées paralysées .. le système de repérage par les antennes doit bien valoir l’échographie.
Sceliphron 11
Un nid ouvert, la larve est « dans les bras » d’une des araignées capturées et enfermées avec elle pour la nourrir jusqu’à ce qu’elle occupe tout le volume du nid. Elle sera ensuite prête à entamer sa métamorphose pour devenir un imago et à son tour un redoutable prédateur.

 

Lire la suite

Garde-manger (4) – Le piratage

Quatrième volet consacré à la guêpe maçonne sceliphron caementarium, où intervient une nouvelle protagoniste. Une femelle de acroricnus (seductor ?), de la famille des Ichneumonidae, profite de l’absence de la guêpe pour pondre à l’intérieur des nids de terre. Grâce à son ovipositeur, cette  longue seringue située à l’extrémité de son abdomen, elle va pouvoir traverser la paroi de la cellule pour aller déposer son oeuf sur la larve de sceliphron. L’opération est précise, ses antennes en contact avec la surface du nid lui permet de situer précisément la larve. Cette attaque intervient donc dans les nids plus anciens, là où les larves sont déjà développées.. Après avoir commencé à dévorer les araignées paralysées qui remplissent leurs  nids, elles vont à leur tour être dévorées par une autre larve. La petite touche pour faire froid dans le dos, les larves d’ichneumon savent consommer leur hôte de façon méthodique, en évitant de commencer par les organes vitaux, afin de le conserver en vie le plus longtemps possible..
acroricnus (1)
Une femelle d’ichneumon acroricnus (seductor ?), s’approche de nids de guêpe fouisseuse pour y pondre ses oeufs sur les larves enfermées.

Lire la suite

Garde-manger (3) – Le contenu

Après « Garde-manger » et « Garde-manger 2« , ceci est la suite de ces articles consacrés à la guêpe maçonne. Voici le contenu d’un ancien nid, dans lequel l’œuf n’a pas éclos ou bien la larve est morte très tôt. Ces araignées (il y en avait 18) sont un peu comme des momies exhumées de leur sarcophage. Pour la première photo j’ai eu recours à la technique du focus-stacking. Cela consiste à prendre une série de photos en changeant la zone de mise au point pour les assembler ensuite et obtenir une profondeur de champ impossible à avoir avec une seule photo en macro… à suivre
Sceliphron 8
Le panier de la ménagère, 18 araignées séchées dans un nid de guêpe maçonne (pélopée) où la larve est morte. Photo issue de l’assemblage de 18 vues (focus-stacking)
Sceliphron 9
Une des 18 momies

Lire la suite

Chantant tout l’été – L’origine de l’origine

Voici la suite de la série à rebrousse poil ! Il s’agit d’une cigale en train de pondre dans une branche d’arbre. Elle perfore le bois grâce à sa tarière (oviscape) et dépose une dizaine d’œufs. Puis elle retire la tarière, le lambeau de bois se referme et elle répète plusieurs fois cette opération sur le même rameau ou sur un autre jusqu’à avoir pondu ses 300 à 400 œufs. Les œufs resteront ainsi à l’abri dans le bois jusqu’à l’éclosion vers octobre. Là les larves sortiront, se laisseront tomber à terre et s’y enfouiront pour y passer 4 à 7 ans avant de sortir pour leur mue ultime (retour à « chantant tout l’été » ). Voilà la boucle est (presque) bouclée !
(article rapatrié depuis mon autre blog).

cigale ponte Lire la suite

Garde-manger (2) – Le remplir

Suite de « Garde-manger« . Ce n’est pas tout ça, mais après avoir construit le « cocon », encore faut il le remplir. Encore beaucoup de voyages, cette fois ci non pas pour transporter le mortier mais pour amener les araignées capturées et paralysées. Une fois arrivé, c’est la tête la première ou en marche arrière que la dépose se fait. Quand l’urne sera pleine et que l’œuf sera déposé, il n’y aura plus qu’à fermer le tout avec un petit couvercle en terre.
Sceliphron 3
Arrivée avec une proie fraichement capturée

Lire la suite

Chantant tout l’été – L’origine

A la manière des films tirés des comics, voici après coup l’épisode qui précède « chantant tout l’été« , avec ce qui reste de la larve de cigale une fois sortie de terre et transformée. C’est une enveloppe vide, qui reste accrochée à son support jusqu’à ce que le vent l’emporte. Tout ce qui permet de s’élever est bon à prendre.
(article rapatrié depuis mon autre blog)… à suivre

mue cigale (1) Lire la suite

Garde-manger

Premier épisode de quelques photos consacrées aux guêpes maçonnes. Elles sont surnommées ainsi car elles confectionnent des urnes en terre dans lesquelles elles enferment leur œuf avec une réserve de nourriture (en l’occurrence des araignées). Petit détail pour donner la chair de poule, les proies sont paralysées et non pas mortes, afin de ne pas se décomposer. Le processus normal pour arriver à la naissance de la guêpe est de manger tout ce qu’il y a dans son sarcophage de terre, puis de se transformer en adulte avant de sortir en découpant le couvercle à l’aide de ses mandibules. Mais ce n’est pas toujours gagné comme nous le verrons dans un prochain article.. mais pour l’instant quelques photos 🙂 . J’ai identifié cette guêpe comme étant une Sceliphron caementarium… à suivre
Sceliphron (1)
La propriétaire sur son HLM. Les pattes qu’on aperçoit dans le trou de la cellule du bas sont celles des dernières araignées qu’elle vient de capturer et de déposer dans leur sarcophage, le casse-croûte de la future larve.
Sceliphron (2)
Une autre construction en terre, entièrement bâtie à la force des mandibules.

Chantant tout l’été

Voici un des symboles de l’été dans le sud, je n’ai pas mis la bande son, tout le monde la connait. Voici une cigale fraichement sortie de son état de larve et qui au bout de quelques heures a pris la teinte définitive des cigales adultes. A peine quelques heures pour devenir foncée, sans même prendre de coup de soleil, de quoi dégouter plus d’un juillettiste ou d’un aoutien prêt à risquer le mélanome pour rentrer de congés avec le teint hâlé ! … à suivre
(article rapatrié depuis mon autre blog)
cigale (1)Et hop !
cigale (2)Un petit complément d’information par rapport aux points rouges que l’on distingue sur la tête de notre musicienne. Ces 3 points sont des yeux simples, appelés ocelles, il ne servent apparemment pas trop à la vision (beaucoup moins performants que les gros yeux à facettes) mais plutôt à distinguer les variations de luminosité. C’est l’organe qui permettrait par exemple aux abeilles de s’orienter par rapport au soleil.