Archives du mot-clé Macro

Carré de fleur (4)

Une fleur, présentée dans un format carré. C’est la quatrième de la série, soit encore un carré !

carre de fleurs (3)
Ravenelle

 

Free climbing

Un beau mur vertical pour une grimpeuse à la taille de guêpe ! Cette guêpe poliste est en train de récupérer des particules de bois grâce à ses mandibules, pour préparer la pâte à papier avec laquelle le nid est construit. Les traces plus claires sur le bois sont les parties déjà « rabotées ».

mur de bois Lire la suite

Coupeuse de feuilles

C’est du moins le surnom donné aux mégachiles ! Cette catégorie d’abeilles dont les femelles découpent des morceaux de feuilles en demi-cercles pour les rouler et en garnir leur nid.

Voici un extrait de l’article de Wikipedia sur le sujet :

« Selon les cas et les espèces, les nids peuvent être construits dans les tiges creuses de plantes (on parle alors d’espèces « caulicoles »), dans les anfractuosités ou fentes d’écorces, de bois mort, de poutres, dans d’anciennes galeries creusées par d’autres insectes, dans des trous dans la roche ou dans une construction, mais le plus souvent dans des galeries creusées ou occupées dans le sol.
Les nids sont généralement composés d’une seule et longue série de cellules, construites de façon séquentielle, du fond de la galerie vers l’extérieur. Et bien que les œufs pondus en dernier sont les plus récents, les jeunes adultes qui émergeront les premiers en proviendront. La femelle dispose un approvisionnement en nourriture (pollen ou mélange de nectar et pollen) dans chaque cellule, puis ferme cette cellule par une cloison qui la séparera de la suivante. Cette cloison est assez perméable pour laisser passer l’oxygène nécessaire à l’œuf puis à la larve. »

coupeuse de feuilles
Petite pause, le temps d’une photo, avant de repartir vers son nid. On distingue la brosse à pollen, orangée, sous l’abdomen.

A la poursuite du diamant vert (2)

La suite du développement de cette libellule adulte. Les ailes finissent de se déplier, avant de sécher pour qu’elle puisse enfin s’envoler. Quant à la goutte verte, elle finit par être complètement résorbée (ou absorbée ?)

"Naissance" d'une libellule"Naissance" d'une libellule Lire la suite

J’en pince pour toi !

Petite séance de studio ..avec un dorcus parallelipipedus, appelé petite biche – pourquoi ??- De la même famille que le lucane cerf-volant, il est beaucoup plus petit et ses mandibules ‘(il s’agit ici d’un mâle) sont beaucoup moins développées.

 (article rapatrié depuis mon autre blog Photoph30)

 

 

A la poursuite du diamant vert

Une libellule est en train de prendre sa forme adulte. Elle vient de quitter son enveloppe de larve, qui traine encore à ses pieds. Ses ailes ne sont pas encore défroissées. Quant à cette goutte verte sur sa tête, le mystère reste entier.. si quelqu’un a la clé 🙂

"Naissance" d'une libellule
Le futur imago et, trainant dans l’eau, le reste de sa mue (l’exuvie).
"Naissance" d'une libellule
A un stade encore plus précoce, les ailes sont encore complètement en boule, et la goutte verte est plus importante.

Mimétisme ? .. Loupé !

La rencontre avec un grand sphinx de la vigne posé sur le tronc sombre d’un chêne vert.

(article rapatrié depuis mon autre blog Photoph30)

sphinx de la vigne

 

Ni fourmi, ni lion (2)

Voici la suite de l’article du fourmilion, avec cette fois ci une espèce identifiée, le grand fourmilion – palpares libelluloides -.

ICI le lien vers l’article de wikipedia sur le fourmilion où vous trouverez des images de ce redoutable chasseur. Toutes les espèces ne confectionnent pas un entonnoir dans le sable dans lequel les fourmis glissent irrémédiablement vers les mandibules grandes ouvertes du fourmilion caché dans le fond du trou. Certaines espèces, dont le grand fourmilion, se contentent de chasser à l’affût dans les herbes ou les petits cailloux.
(article rapatrié depuis mon autre blog Photoph30)

 

Jeter un oeil

J’anticipe sa sortie, avec les prévisions météos à venir pour cette fin de semaine !! En espérant que les endroits sensibles ne soient pas encore touchés de plein fouet par d’importantes crues.

(article rapatrié depuis mon autre blog Photoph30)

escargot

 

Ni fourmi, ni lion .. et pourtant

Voici un fourmilion – l’origine du nom serait due au fait que les fourmis sont les principales victimes de la larve de cet insecte. Je n’ai pas le nom exact, car il y a plusieurs espèces ressemblantes et je n’avais pas pris le temps de l’identifier sur place. A suivre un article sur le grand fourmilion (palpares libelluloides) qui lui est plus facilement identifiable 🙂

(article rapatrié depuis mon autre blog Photoph30)

 

Avec une paille, s’il vous plait !

Pour compenser le changement d’heure, la nuit précoce et l’arrivée de l’hiver, je vous propose cette scène, saisie sous un beau soleil couchant de juin. Mais point de paysage bucolique, il s’agit d’une mouche de la famille des asilidae en train de déguster la proie qu’elle vient de capturer.

Asilidae